La dégradation des lacs et la perte d’usages suite à l’envahissement par les plantes aquatiques exotiques envahissantes (PAEE) comme le myriophylle à épi, peuvent avoir des impacts catastrophiques au niveau environnemental, social et économique. Une fois introduite, cette plante aquatique peut croître jusqu’à 10 mètres de profondeur et former des herbiers très denses, obstruant complètement les zones colonisables des lacs. En plus d’affecter considérablement la biodiversité, il devient très difficile voire impossible, de pratiquer des activités telles que la baignade, le canot, la pêche et le nautisme. 

Un projet déployé à l'échelle des Laurentides visant à prévenir la propagation du myriophylle à épi s'avère donc des plus pertinents, d'autant plus qu'une quarantaine de lacs de la région sont déjà affectés.

Lire le communiqué de presse

Présentation du projet

L'origine du projet

En 2016, les élus et gestionnaires de la MRC d’Argenteuil ont décidé de faire de la problématique des PAEE une priorité d’action, considérant à juste titre que la protection des lacs est primordiale pour la région des Laurentides. Une bonne partie de l’économie est en effet basée sur la villégiature et le tourisme, lesquels dépendent de la qualité de cette ressource. Le CRE Laurentides avait alors été interpellé pour élaborer un plan d’action en ce sens.

Les activités liées au projet

Le premier volet du projet consiste à effectuer une campagne de sensibilisation à plus de 100 accès de plans d’eau pour informer et accompagner les usagers quant à l’importance d’inspecter et de nettoyer leurs embarcations et leur équipement. Plusieurs agents seront alors déployés sur le territoire pour distribuer des trousses d’information et d’outils aux usagers et discuter avec eux.

Le deuxième volet vise quant à lui à former des patrouilleurs bénévoles d’une centaine de lacs afin qu’ils soient en mesure d’identifier les plantes aquatiques et de détecter les PAEE en suivant les protocoles appropriés, et de signaler la présence de nouvelles plantes suspectes. Ces patrouilleurs pourront également sensibiliser les usagers à l’importance d’adopter de bonnes pratiques pour éviter de propager les PAEE d’un lac à un autre.

Parmi les autres activités qui seront mises en œuvre, notons l’organisation d’un forum régional sur le myriophylle à épi qui aura lieu en 2018. Celui-ci permettra notamment de rejoindre et de sensibiliser d’autres acteurs qui ont un intérêt et un rôle à jouer dans la protection des lacs comme la fédération de chasseurs et pêcheurs, les pilotes d’hydravions, etc.

Dog